SUD PTT Loire Atlantique Vendée, un syndicalisme de lutte au service des salarié-es   

Déclaration Préalable Sudptt 44/85 CDSP 24 février 2016

Nous attendons toujours une réponse positive pour réparer les erreurs écrites de vos équipes managériales sur le report des congés 2015 à mai 2016.

Vos solutions au cas par cas ne sont pas satisfaisantes.

  • Inciter à ouvrir des CET
  • Donner au compte goutte des congés avant mai 2016 en vous servant de la flexibilité (sécabilité, tournées à découvert), ou encore prendre sur les congés 2016. 

Tout cela n’était pas prévu lorsque des agents ont accepté de poser en mai, réservant des locations, transports, voyages, etc….

Nous réitérons notre demande d’une note interne à la DSCC permettant la pose des congés 2015 jusqu’en mai 2016 pour régulariser cette situation.

Concernant la filière préventeur décentralisée en établissement, les interrogations se mêlent aux inquiétudes.

Quel intérêt puisque les APACT ont déjà des périmètres où ils se déplacent ? Cela ne sert-il juste qu’à dépeupler la DSCC siège ?

Comment se passeront les formations (secourisme, école du dos, incendie, etc…) ?

Le préventeur sera à la charge de quel établissement s’il preste pour la DSCC entière ?

Les APACT en établissement deviendront membres des CODIRS, tout en étant membre invité des CHSCT. N’y a-t-il pas un risque de conflit d’intérêt, d’impartialité, ou tout simplement un problème éthique et juridique ?

Sur le projet AFNR (agence nationale des fréquences).

Nous sommes encore très étonnés de l’impossibilité d’accueillir sereinement une charge supplémentaire dans les organisations de travail dans la DSCC.

A force de tendre la gestion des moyens, vous voilà obligés, dans un contexte soit disant de « baisse » que nous contestons fortement, de faire appel aux encadrants, aux Facteurs Qualité sur leur temps de qualité de service, et aux volontaires en heures sup pour absorber un surcroit de travail dévolu aux agents d’exécution !

De même, il va falloir embaucher le temps que les personnels concernés se forment. Beaucoup d’encadrants de proximité et de FQ ne cessent de tirer sur la corde, au bord de rompre pour pas mal d’entre eux…

Déjà insultés par le rapport de la cour des comptes qui prolongent votre communication mortifère sur la fin du courrier, en partie relayée par certains médias, les agents que nous représentons vous exhortent de rétablir la vérité : l’organisation du projet antenne TNT démontre les effets néfastes d’une décennie de suppressions d’emploi.

Aussi, nous revendiquons l’arrêt des suppressions d’emploi et la prise en compte d’un temps « nouveaux services » conséquent dans les organisations, à l’image des objectifs du PDG Philippe Whal visant à décupler le chiffre d’affaire d’ici à 2020 sur ces missions. Décuplez le temps pour accueillir les prestations en lien avec le service public !

Encore une fermeture de service dans une DSCC… La PNPA fait les frais de la mécanisation. Le PDG, rencontré il y a quelques semaines, avouait « gagner du fric » lors d’une fermeture de centre.

Là encore, pour les 37 agents, en plus du choc psychologique de devenir inutile et de devoir retrouver un poste, nous alertons que l’opération n’est rentable que pour l’employeur.

Que va y gagner le personnel, en établissement et en PIC, de la mécanisation des REFLEX, si ce n’est une charge supplémentaire, malgré les réorganisations incessantes et destructrices d’emploi ?

La pérennité des emplois que vous agitez lorsque vous appliquez des mesures de productivité et de flexibilité, nous n’en avons cure. Quand on veut sauver des emplois, on n’en supprime pas !

 Aussi, SUD PTT dénonce les dizaines de milliers d’emplois disparus à La Poste, une charge toujours aussi pénible pour les personnels, l’absentéisme qui suit la courbe des heures supplémentaires, preuves que ce qui est réellement en baisse à La Poste, ce sont les embauches en CDI, pendant que les salaires restent honteusement bas pour les personnels d’exécution.

Dès le 23 mars, en grève et en manifestation nationale, SUD appelle tous les syndicats et les personnels à se joindre à la résistance, pour sauvegarder les emplois et le service public postal, améliorer les conditions de travail et les salaires !

Conseillers du salarié

Pour les entreprises autres que celles de La Poste et France Télécom, contactez les conseillers salariés de Solidaires

Si vous êtes convoqués à un entretien préalable à un licenciement ou à une rupture conventionnelle dans une entreprise où il n'y a pas de délégué du personnel, vous avez le droit d'être accompagné par un-e représentant-e syndical de votre choix appelé conseiller du salarié. Ces conseillers du salarié sont nommés par le Préfet sur proposition de chacun des syndicats.

Pour la Loire Atlantique, les conseiller-e-s du salarié Solidaires sont : 

- Brigitte CHAMBRAGNE, 44300 Nantes, 06 13 76 72 14

- Christine DUPIN, 44800,St Herblain, 07 62 01 48 26

- Sabine DUPUY, 44800 Saint Herblain, 06 07 63 09 21

- Roland LEDUC, 44400 Rezé, 06 11 63 71 60

- Philippe RICARD, 44115 Basse Goulaine, 06 46 05 46 72

- Eric RANNOU, 44500 La Baule, 06 77 70 85 17

- Bertrand CARON, 44300, Nantes, 06 12 10 74 60

 Pour La Poste ou France Télécom :  Appelez le syndicat au 02.51.80.66.80